Formations

Nos formations 2020-2021

 

Notre programme Nousistan 2020_2021 est consultable en ligne ici !

       Les inscriptions se font sur notre formulaire en ligne 

 

Ces formations sont à destination des salariés ou bénévoles des associations qui souhaitent découvrir des outils et des repères pour animer des réunions vivantes et inclusives !


Jouir sans entraves ?!

26-27-28 Mai 2021 à Habiterre (26150 Die)

Jouir de nos vies, jouir de nos corps, jouir de nos sexualités… Un désir légitime c’est certain, mais parfois aussi une nouvelle injonction sociale… Pas si simple!
Les entraves à des sexualités libres et joyeuses sont nombreuses et nous avons conscience qu’il est souvent difficile de s’en défaire : de nos galères quotidiennes (asymétrie du désir, contraception, éjaculation précoce, règles douloureuses, frustrations, non-érection, douleurs, infections,…) au poids des normes sociales (honte, tabous, invisibilisation, stigmatisation,  injonctions,…), jusqu’aux oppressions structurelles (violences sexuelles, exploitation du corps des femmes et des enfants, agressions trans/homo/lesbophobes,…).
La complexité de partager nos sexualités avec d’autres fait partie des défis de notre époque. Des désirs, des identités et des pratiques différentes de la norme s’affirment de plus en plus fort. Les revendications autour du consentement et de l’auto-détermination se font plus présentes.
La sexualité peut être source d’épanouissement et de destruction, d’un plaisir immense et d’une violence sans nom. Il nous semble nécessaire d’aborder ces sujets pour pouvoir inventer plus librement et vivre plus sereinement nos sexualités.
Nous souhaitons mieux prendre conscience de ces oppressions et de ces normes, et plus largement des nombreux facteurs qui déterminent nos sexualités (psychologiques, sociaux, culturels, économiques,…) pour s’en défaire et inventer ainsi de nouveaux repères. Ces déterminismes agissent sur les plans personnels, interpersonnels et politique et se rejouent dans une multitude de coins et recoins comme les contes et les comptines, les recommandations de nos parents, les conversations entre ami.e.s, les moments sous la couette, les gros titres des médias… En effet, comme l’affirment les mouvements féministes, l’intime est politique.
Nous avons l’intuition 
… que nous sommes nombreux.ses à nous sentir bridé.e.s dans nos sexualités, à avoir vécu des violences sexuelles qui nous encombrent, ou simplement à chercher une sexualité plus épanouie ; 
… que nous sommes souvent trop isolé.e.s pour partager nos questionnements, dépasser nos peurs, assumer nos désirs, et que cet isolement est lié à un tabou social majeur. 
L’envie nous est venue d’ouvrir un espace pour se poser ces questions ensemble, penser nos sexualités, nos identités, nos pratiques sexuelles, s’entraider dans nos galères, partager nos victoires et continuer à se libérer, pas à pas, de nos entraves.
Nous lançons donc un atelier-formation de trois jours sur le lieu d’Habiterre à Die dans la Drôme.
Ce nous, c’est une coopération entre Wim de la Turbine à Graines et Nina du Nousistan, deux associations d’éducation populaire qui explorent les interactions entre l’individu et le collectif, l’intime et le politique…
Cet espace est ouvert à toutes les personnes qui ont envie d’aller creuser ces thèmes autour de la sexualité et de ses multiples facettes, dans la diversité de nos identités, de nos orientations, de nos genres et de nos corps. 
Nous travaillons à la construction d’un cadre d’échange sécurisant pour aborder ces thématiques sensibles car ces sujets peuvent produire du dérangement ou de l’inconfort. 
Cet atelier-formation sera fait de partages d’expériences, de lectures, de discussions et de temps créatifs et sensibles. Ce n’est ni un stage de tantra, ni une thérapie de groupe, mais un temps de recherche collective basée sur les principes de l’éducation populaire.
Nous proposons un tarif à prix libre pour les personnes non financées, et gratuit pour les personnes en situation de précarité économique. Ce stage est finançable pour certain.e.s au titre de la formation professionnelle.
Le stage est complet !



S’asseoir sur le feu des conflits

22 et 23 février 2021

Et si on ne cherchait pas à éviter voire même à «gérer» les conflits au sein d’un groupe mais plutôt à les accompagner ?

La conflictualité réside au coeur des processus de groupes, à toutes les échelles. En tant qu’accompagnant-e de situations conflictuelles, il semble nécessaire d’avoir exploré son propre rapport au conflit, pour oser les traverser comme des moments riches d’enseignements. Cette formation est une invitation à traverser les inconforts, les limitations et croyances négatives autour des conflits. Dans ces moments relationnels difficiles, un accès bien gardé s’ouvre pour rendre visible ce qui tente de se faire entendre. Du feu des conflits peuvent émerger des clés de transformation.

Qu’est-ce qui se vit en moi quand je sens une tension ou quand je suis concerné-e ou témoin d’un conflit ? Qu’est-ce qui se passe pour les autres ? Comment trouver la liberté de vivre de nouvelles expériences avant, pendant et après un conflit ?

Pour répondre à ces questions, au cours de cette formation, nous revisiterons notre histoire personnelle et professionnelle dans les groupes afin d’y élaborer des clés d’analyse. Nous aborderons la dynamique générale des conflits, à travers les processus récurrents dans l’histoire des groupes. A travers des mises en situations, nous expérimenterons les enjeux de la coopération pour vivre des nouvelles manières de faire ensemble.

Cheminer ensemble, en entremêlant nos histoires de vie, c’est aussi partager nos richesses et construire des solidarités collectives.

 


Labo/formation – Accompagner les conflits

Entre le dérangement et vulnérabilité 

Du 2 au 5 mars 2021

Nous convions chaque personne qui souhaite avancer dans sa pratique déjà existante de l’accompagnement des conflits. S’agissant de moments qui s’enracinent tant dans les territoires de l’intime que du politique, accompagner des groupes et des personnes peut prendre de multiples formes. Selon nos cadres d’interventions, nos sensibilités, le contexte, nous pouvons mettre notre attention sur le soin à la vulnérabilité des personnes, ou plutôt d’aller pointer du doigt les résistances au changement en dérangeant le groupe et ses habitudes. La manière dont nous navigons sur cet axe est un questionnement récurrent, qui ressurgit dans les formations que nous donnons, dans notre rapport à la socianalyse, et sur lequel nous souhaitons tenter de poser quelques balises.

Si le but de « déranger » est de révéler les contradictions, de les comprendre et les transformer, pour remettre du mouvement dans le fonctionnement du groupe, cela peut être confrontant pour des personnes, voire pour le collectif entier. Et vouloir prendre soin des vulnérabilités peut faire passer à côté du vif du sujet, étouffant ainsi le feu des conflits.

Ce labo-formation est une invitation à explorer les tensions qui existent dans nos pratiques d’accompagnement, entre dérangement et vulnérabilité. Nous pourrons questionner nos rapports à chacune de ces entrées, ce qu’elles racontent, ce qu’elles nous permettent et ce qu’elles nous empêchent de découvrir.

  • Partage de savoirs et de pratiques

Au fil de ces 4 jours, nous partagerons la pratique des cadres que nous utilisons dans nos accompagnements au Nousistan (Process Work, socianalyse, éducation populaire…) et nous inviterons les participant.e.s à en faire de même. Avec des pratiques exploratoires, nous pourrons imaginer des manières de croiser nos pratiques et d’en inventer de nouvelles. Des temps de partages, de créativité, de lectures collectives et d’analyse ponctueront régulièrement nos expériences.

  • Résonances et résiliences

Et puis, nous souhaitons étendre notre regard à la crise actuelle.

Cette année écoulée a forcé des processus d’adaptation radicale, par des politiques autoritaires, des bouleversements de nos modes de vies, un recours aux nouvelles technologies accru !

Face aux chocs, comment se positionner dans des modes de résiliences choisis. Jusqu’où nous laisser traverser et muter ? S’effondrer, bidouiller, se transformer, se réinventer. Si “être affecté.e” et vulnérable n’est pas une déficience mais un pouvoir, comment nous le réapproprier sans être submergé.e par les urgences, chocs et injonctions à répétition.

Pour animer ce labo, Julie et Nina vous guiderons, tout en co-construisant le programme avec vous au fil de l’exploration.

  • Prises en charge et participation

Lieu ?

Nous passerons ces 4 jours ensemble à Habiterre à Die. Une grande et magnifique salle sera à notre disposition, ainsi qu’une cuisine et des couchages, afin de vivre une expérience en immersion.

Pour l’occupation des espaces, une participation libre et consciente sera demandée.

Participation financière ?

> Pour les personnes pouvant bénéficier de prise en charge par leur organisme de formation ou par Pôle Emploi, merci de nous contacter. Cette formation ouvre des droits à la formation.

> Pour les personnes n’en disposant pas:

– Une participation aux frais du lieu (libre et consciente) incompréssible sera demandé

-Une participation aux frais d’organisation de la rencontre (déplacements des intervenantes, matériel) sera demandée au chapeau.

Participation ?

Nous pensons ces 4 jours comme un moment exceptionnel que l’on s’offre pour penser et partager nos pratiques de manière approfondie. Nous préférons que les personnes soient présentes du début à la fin (arrivée la veille au soir si possible). Si ce n’est pas possible, contacte nous pour imaginer une manière de rendre ta participation possible

Et si tu es intéressé.e par cette proposition, contacte nous afin que nous puissions en connaître plus sur ta pratique existante.

                       Pour vous inscrire, voici le lien vers notre formulaire

 


 


Formations sur mesure

Vous êtes un groupe déjà constitué, une association, un collectif, une institution, … et vous avez besoin d’une formation spécifique en interne pour vos salarié-e-s et/ou pour vos bénévoles.

Afin d’apporter une réponse adaptée à vos enjeux, nous pouvons construire avec vous une proposition d’intervention sur mesure. Si souvent, la frontière entre la formation et l’accompagnement est ténue, nous vous aiderons à positionner votre demande.

– Deux possibilités d’intervention –

  • Animation d’une formation de notre programmation ou figurant sur la liste ci-dessous

Nous dispensons une formation déjà existante au sein de notre programmation, nous en affinons les aspects qui vous semblent pertinents et nous ajustons à vos contraintes.

  • Conception d’une formation adaptée à vos besoins

Après un temps d’échange avec vous, nous vous formulons une proposition d’intervention qui répondent aux enjeux et besoins présentés.

Liste des formations existantes à solliciter

– Mener une réunion participative –

De bonnes bases pour des premiers pas

Pour les personnes débutantes qui souhaitent se lancer et animer des réunions, ou pour améliorer sa pratique et développer le plaisir de se réunir et de collaborer !

Nous aborderons notamment les phases de la réunion, la répartition des rôles et de la parole, des outils simples pour une animation participative et ludique, la notion de posture de l’animateur-ice…

Un jeu d’écho entre le fond et la forme de la formation permettra aux participant-e-s de faire l’expérience en temps réel des apports théoriques qui leurs seront transmis et ainsi, d’ancrer leurs apprentissages dans un vécu concret .

– Rôles et dynamique de groupe –

Pour des groupes vivants où chacun-e trouve sa place

Chacun-e a une manière bien particulière de contribuer dans un groupe . Nous nous trouvons souvent, bon gré mal gré, à jouer le même rôle, à porter la même voix ou à assumer la même responsabilité. Dans quelle mesure sommes-nous conscient-e-s de ce qui se joue pour soi ou pour les autres dans la dynamique du groupe ?

> Quels sont les rôles qui me sont les plus familiers ou les plus étrangers ?

> Comment les autres contribuent-ils à la vie du groupe ? Quelles dimensions font-il exister

> Comment faire pour décloisonner nos modes de pensée et voyager ensemble dans ces différentes dimensions ?

> De quoi le groupe a-t- il besoin pour être vivant et faire la meilleure place à chacun-e ?

– Des dominations au cœur de nos réunions ? –

Comment gérer les inégalités d’accès à la parole, à l’initiative et au pouvoir dans nos réunions et inventer un fonctionnement de plus en plus inclusif ?

Des inégalités marquées dans l’accès à la parole, à l’initiative ou à la prise de décision dans nos réunions sont souvent liées à des différences de genre, d’origine, d’âge, de parcours scolaire ou professionnel, de sensibilité et de tempérament… Comment faire pour établir plus d’équilibre ? Comment réagir dans les situations inconfortables ? Comment s’éduquer les un-e-s les autres à sortir de nos postures enfermantes et ainsi offrir au groupe l’opportunité de bénéficier pleinement de la richesse de chacun-e ?

– Formalisme et spontanéisme –

Comment naviguer entre structure cadrée et spontanéité , afin de limiter les inégalités , tout en préservant des processus vivants ?

Lorsque nous sentons que le groupe tend à aller ailleurs que ce que l’on avait imaginé, comment l’accompagner au mieux sans imposer la rigidité ? Comment être dans une posture de lâcher prise tout en garantissant une confiance suffisante dans le cadre proposé ? De plus , il arrive parfois que le cadre soit vécu comme un pouvoir imposé. Mais en son absence, d’autres règles implicites ont cours, excluant les personnes qui n’en ont pas les clés .


Notre posture

Dans nos formations comme dans nos accompagnements, nous cultivons une posture d’écoute et de disponibilité à l’instant : aux élans, aux besoins, aux envies, aux difficultés et aux richesses de chacun-e. Nous évitons de « penser les réponses à l’avance » ou trop « minuter la séance » et nous méfions des outils « tout faits » que l’on plaquerait sur tel groupe ou telle situation.

Notre expérience constitue une ressource précieuse, qui nous permet de rebondir, de nous ajuster en temps réel, de trouver l’issue de l’impasse, d’improviser… Nous nous appuyons dessus en gardant une vigilance de chaque instant, pour savoir rester neuf-ve-s et pleinement réceptif-ve-s à l’unique de chaque situation qui se présente.

     Ce que nous partageons…

Dans nos formations, nous créons le cadre [ un contexte propice à la rencontre et à la créativité, des stimulations, des ressources, des méthodes de travail, des jeux, du rythme, de l’attention et de la conscience, etc. ] qui permet aux stagiaires de générer le contenu. Les participant-e-s contactent leur propre expérience, partagent, précisent leurs recherches… et se construisent ensemble des savoirs, des ressources et des outils sur mesure.

  Nos outils

     Pour animer des dynamiques collectives…

Pour composer notre boite à outils, nous puisons dans des univers variés comme l’éducation populaire, la gestion de projet, l’expression créative et corporelle ou le jeu. Selon le contexte et les besoins du moment, nous utilisons des outils existants ou en créons de nouveaux, en combinant plusieurs approches de manière à, par exemple : permettre une distribution équitable de la parole; contacter d’autres ressources que celles du mental; susciter la créativité et la participation; encourager une expression authentique; générer du plaisir et de la joie…

     Pour aborder les enjeux clés…

Certains aspects de la vie des groupes nécessitent des outils et savoir faire particuliers, et représentent pour nous des axes de recherche, de formation et de capitalisation d’expérience importants : la gestion de conflits, la prise de décision, l’organisation de la pensée complexe, la répartition du pouvoir…

Pour aborder ces enjeux, nous puisons du côté de la Communication Non Violente, des cercles restauratifs, de la sociocratie ou de l’entraînement mental. Nous nous inspirons également des pratiques et recherches issues des mouvements libertaires et féministes concernant l’autogestion et les rapports de domination.

     Pour la gestion collaborative des actions

Les outils techniques qu’une structure utilise pour son fonctionnement interne ne sont pas neutres. Qu’il s’agisse de la gestion des mails, du partage de l’information ou du suivi des ressources, les outils choisis (leur forme, qui sait et peut les utiliser etc.) traduisent autant que conditionnent l’organisation et les relations existantes au sein la structure. Nous invitons à une conscience particulière concernant le choix et le paramétrage de ces outils, et sommes à même de proposer et d’initier à l’usage de différentes propositions « libres » et collaboratives.

   Public 

Nos stages s’adressent à toutes les personnes souhaitant s’engager dans une démarche de questionnement et de changement de ses pratiques professionnelles, associatives, militantes et/ou personnelles.  

      Tarifs et financement

 Pour ses ateliers-formations, le Nousistan pratique la participation libre & consciente afin qu’ils soient accessibles à tou-te-s et que le critère financier ne soit pas un frein pour celles et ceux qui souhaitent se former. Un document est envoyé en amont de chaque journée de formation afin d’expliciter les raisons et ce qu’implique chaque module.

Nos formations s’inscrivent dans le cadre de la formation professionnelle continue. Si vous êtes salarié-e, chômeur-euse ou bénévole dans le cadre associatif, des possibilités de financements existent et permettent de soutenir économiquement nos actions de formations afin que nous puissions continuer de pratiquer la participation libre et consciente pour celles et ceux qui n’y ont pas accès.

> Si vous êtes salarié-e :

Faites une demande dans le cadre du plan de formation de votre structure. La demande doit être adressée à votre employeur ou au service de formation pour un financement par votre OPCA.

> Si vous êtes chômeur-se :

Vous pouvez faire une demande auprès de votre conseiller-e Pôle emploi.

> Si vous êtes bénévole dans le cadre associatif :

Le FDVA (Fond pour le Développement de la Vie Associative) ouvre chaque année un appel à projet qui permet aux associations de mobiliser des subventions pour la formation de leurs bénévoles. Les formations que nous proposons sont éligibles, il est possible de faire financer jusqu’à 80 % du coût de la formation. Les demandes sont à déposer entre janvier et mars de chaque année.

> Si vous représentez une structure

Vous souhaitez solliciter une formation pour les besoins de votre structure : N’hésitez pas à nous contacter afin d’imaginer ensemble les dates, les modalités d’intervention et de financement !